Test : Project Gotham Racing 2

Project Gotham Racing 2 - Xbox

Genre : Course

Date de sortie : Novembre 2003

Genre
Course
Date de sortie
Novembre 2003 - France
Développé par
Bizarre Creations
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
Xbox

Sorti lors du lancement de la Xbox voila près de 2 ans, PGR premier du nom avait rallié à son flambeau tous les fans de courses automobiles urbaines. Ce nouvel opus de Bizarre creations continue sur la même lancée initiée par Metropolis Street Racer (Dreamcast), et l'améliore une nouvelle fois.

 
 
Yeah, moi j'aime bien les belles voitures. Au fond de moi, je suis même un poète de la carosserie. Ptêtre un beauf, certes, mais un beauf riche. Bon, j'ai pas non plus les moyens de m'acheter une centaine de caisses lustrées et aux ongles polis. C'est pourquoi j'étais quand même bien content de voir Project Gotham Racing 2 sortir sur XBOX. Bien évidemment, j'ai les moyens, et la XBOX, elle ne m'a pas longtemps résistée. Hop, que j'ai fait. J'ai claqué des doigts et zou, je l'ai retrouvé dans la salon. Mon compte en banque s'est peut-être un peu dégarni par la même occasion, mais le monde est fait de concessions.
 

En fait, le monde, c'est un question de priorité

Oué, c'est plutôt ça en fait. Et vu que PGR 2, je l'attendais vraiment beaucoup, je n'ai pas hésité. Faut dire, j'avais déjà MSR dans ma vidéothèque, ainsi que PGR. Deux titres qui semblent à chaque fois faire concurrence à Gran Turismo, même si finalement, ils lui restent bien inférieur. Et une nouvelle fois, ça ne manquera pas. Car si PGR 2 est graphiquement plus abouti, il reste moins varié, moins complet, aussi bien dans la customisation du véhicule que dans les décors parcourus ou les styles de conduite abordés. Bouh, qu'importe, on peut conduire des voitures de rêve...
 

La vie est faîtes de choix... (Matrix Revolutions)

C'est bien vrai. Et moi, j'avais fait le choix d'acheter la XBOX. Et PGR2, c'est un peu une exclu XBOX, alors j'ai pas cherché bien loin, et je me suis jeté dessus. Le titre reprend le même principe de la série : au fil de 14 séries (des Compactes Sportives à l'Ultime en passant par les Cabriolets et les Utilitaires Sport) elles-mêmes composés de plusieurs course de 3 types, je devrai une fois de plus emmagasiner des tonnes de kudos qui me serviront à débloquer une nouvelle voiture ou un nouveau championnat. La durée de vie est une fois de plus assez ebouriffante. Pour gagner des kudos, rien de bien compliqué. Le maître mot, c'est conduire avec classe. Cela demande de ne pas toucher les bordure, ni les autres voitures et concurrents. Par la suite, froler les voitures civiles, déraper avec panache, être pris dans l'aspiration ou effectuer une trajectoire parfaite augmentera ma reserve de kudos. Dans ce nouvel opus, on pourra même enchainer de véritables combos, pour gagner encore PLUS DE FRIC!!! AHAHA!! Je suis demoniaque... Trippant, mais risqué, forcément.
 

Une difficulté modulable

Un autre moyen existe cependant pour gagner des kudos. Avant de lancer une course, vous pourrez en effet directement influer sur la difficulté de cette dernière. Plus la difficulté est grande, plus le nombre de kudos gagnés à la fin sera important. Prenons un exemple : dans une course mano a mano, vous pourrez demander à partir 2 secondes après votre concurrent, ou une seconde avant, ou tous les deux en même temps. L'objectif principal reste bien évidemment d'arriver premier à la fin des 3 tours, mais la récompense variera selon le risque pris en début de course.
 

Le monde, c'est moche. PGR 2, c'est beau

PGR 2 propose une cinquantaine de voitures formidablement modélisées. Une fois de plus, on repousse les limites techniques d'hier, et PGR 1 s'en retrouve à la ramasse. Bien évidemment, les différences ne sont pas flagrantes. Mais un véritable travail d'ingénieur informaticien a été éffectué. Les voitures sont lumineuses, les décors sont superbes. Par la suite viennent s'ajouter des dizaines d'effets graphiques qui rendent le tout plus crédible : bump mapping, réflexion, ombres en temps réél de la voiture, ombre des persos DANS la voiture, traces de pneu, éblouissement du soleil, etc. Reste que la claque la plus poignante reste sans conteste la modélisation des véhicules, vraiment excellente, régie par une physique réaliste. PGR2 vous baladera par la suite dans 3 villes aux identités propres : Edimbourg, Washington et Moscou. Les visites s'effectueront de jour comme de nuit, au soleil ou sous la pluie. Et la encore, on ne peut qu'admirer le travail réalisé pour modéliser avec brio les batiments de ces 3 environnements. De bon goût, et épousant sans difficulté l'atmosphère de chaque ville, immeubles, maisons, villas, places et monuments historiques sont tous présents.
 

La vie est une question de concessions

Afin d'arriver à ce niveau graphique, Bizarre Creations s'est retrouvé dans une impasse. En effet, pour ne pas rendre le jeu trop instable, ils ont du brider le nombre d'image par seconde, afin de la bloquer à un certain niveau. D'un coté, le résultat est réussi, et on n'aura jamais à déplorer un quelconque ralentissement. D'un autre, le fps ne pourra jamais s'élever. Si dans la majorité des cas, on n'a pas à s'en plaindre, c'est lorsque la voiture accelère que l'on regrette un peu ce choix. La sensation de vitesse est en effet bien faible. Dommage.
 

Au final

Un jeu de courses réussit, aux modes de jeu nombreux, à la durée de vie très longue, et à la jouabilité ouverte. Graphiquement très réussi, ce nouvel opus devrait sans effort faire un petit carton aux fêtes. Pour atteindre le niveau de Gran Turismo, il reste néanmoins à Bizarre Creation à s'attaquer au monde de la customisation de véhicules et aux vrais championnats select'. C'est pas gagné, mais il faudrait y penser.
 

Article rédigé par Rick28 , le

A tous les niveaux, PGR 2 est une réussite. Graphiquement, le bougre déboite tous ses concurrents. La jouabilité, par la suite, s'en sort très bien, entre arcade et physique parfaitement plausible. Les modes solo comme multi sont vraiment accrocheurs. Reste un style de jeu assez classique, que les possesseurs de PGR1 ou MSR conaissent bien, et qu'ils ne voudront peut être pas reéssayer.

Points positifs

  • Réalisation graphique
  • Conduite classieuse
  • Très long

Points négatifs

  • Ceux qui conaissent la conduite MSR risquent de saturer
  • FPS bridé

Commentaires