Preview : SoulCalibur II

SoulCalibur II - Xbox

Genre : Combat

Date de sortie : 24 septembre 2003

Genre
Combat
Date de sortie
24 septembre 2003 - France
27 août 2003 - USA
27 mars 2003 - Japon
Développé par
Namco
Edité par
Namco
Disponible sur
Gamecube, PS2, Xbox
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 16 ans
 Violence

Après son triomphe sur Dreamcast, la série des Soul Calibur continue sa route avec un deuxième volet particulièrement attendu. Le jeu est prévu sur les trois consoles 128 bits actuelles. Et maintenant, c'est parti pour une preview Xbox du soft. Enjoy it.

 
 
Difficile de ne pas connaître Soul Calibur, ce jeu encensé par la critique et même considéré (à juste titre) comme le meilleur jeu de combat de son temps. L'hypothèse d'une suite était donc très probable (même s'il existe des suites à d'incroyables daubes, mais ça reste assez rare). Comme je l'ai déjà annoncé, Soul Calibur 2 sortira sur les trois 128 bits et comportera un personnage propre à chaque console. Pour cette édition Xbox, c'est Spawn - un sombre héros déguisé - qui proposera sa force implacable. Bon évidemment, ça paraît débile de parler au futur puisque j'ai le jeu, mais pardonnez moi c'est une preview.
 

Les premières constatations

Pour ce qui est de l'histoire, elle est très simple. L'action se situe au 16ème siècle, les conflits entre civilisations font rage. Une épée légendaire, la Souledge, est au centre de toutes les convoitises ; tandis qu'apparaît son alter ego maléfique, Nightmare, portée par un mystérieux seigneur du même nom. Il serait en fait l'alter ego maléfique (encore!) de Siegfried, l'un des personnages de Soul Blade sur Playstation. Bref, il n'y a rien de bon à attendre de la part de ce Nightmare. C'est pourquoi une pléiade de courageux combattants décident de défendre l'avenir de leur monde. Voilà pour le scénario, on passe maintenant aux différents protagonistes du jeu. Ils sont au nombre de 20, et l'on constate de nouveaux arrivants tels que Cassandra, Talim ou encore Yunsung. Je pense que la présence de Spawn est un atout de taille (c'est une icône du jeu vidéo tout de même) tout comme Nightmare qui lui est classe au possible. Enfin, si vous apercevez une sorte de monstre difforme habillé comme au carnaval et qui se déplace n'importe comment, n'ayez crainte, ce n'est que Yoshimitsu. On trouve aussi pas mal de personnages secondaires, à savoir qu'ils apparaissent dans le jeu mais qu'ils ne sont jouables que par moments. Parmi eux, Assassin, Berserker (qui a des faux airs d'Astaroth) ou encore Lizardman. A noter que ces derniers seront (peut-être) jouables indéfiniment, exclusivement pour cette version Xbox. Inferno est carrément non jouable, par contre. Dommage car il s'agit d'un protagoniste très original et charismatique ; comme son nom l'indique, c'est le diable en personne.
 

Les modes de jeu

J'y consacre un paragraphe car ils sont incroyablement nombreux. De mémoire de joueur, je ne pense pas avoir déjà vu un jeu de baston aussi complet dans ce domaine. Au départ on trouve : Arcade, VS Battle, Time Attack, Survival, Team Battle, VS Team Battle et Practice. Ca fait déjà pas mal. On trouve ensuite le mode Weapon Master qui n'est autre que l'histoire du jeu. Et dans ce dernier, on peut en débloquer encore plein ! Si l'on regarde bien, ils correspondent à tous les modes de base en version Extra. L'intérêt ? Eh bien, il est simple. Durant le Weapon Master, le joueur récolte de l'argent et de l'expérience. Mais intéressons-nous surtout à l'argent : il permet de s'acheter une quantité énorme d'armes (qui dépasse facilement la centaine). L'option extra permet tout simplement de choisir son arme achetée préalablement en mode Weapon Master, alors que les modes de base ne le permettent pas. Etant donné le fait que certaines armes soient beaucoup plus puissantes que d'autres, ou que dans certaines situations, des armes spécifiques conviennent mieux, l'intérêt des modes Extra reste forcément élevé. En bref, si l'on résume tout ça, 15 modes de jeu sont disponibles ! Impressionnant. Enfin, dernière option bonus que je préfère ne pas compter comme un mode, le Museum : des vidéos, des concepts, des esquisses d'armes et de personnages sont toutes à débloquer dans le mode Weapon Master. Inutile d'ajouter qu'il faudra un certain temps pour tout débloquer.
 

La réalisation

J'ai dû halluciner pendant quelques heures. Celle-ci est merveilleuse en tout point. Devant une liberté aussi totale, autant commencer par l'aspect graphique. La modélisation des personnages est parfaite, tout autant que celle des armes. On ne trouve d'ailleurs pas de personnage moins bien réussi qu'un autre, chacun semble avoir suscité la même attention. Les décors quant à eux demeurent aussi beaux que variés, et sont la source de différentes tactiques possibles. Par exemple, l'un d’eux est dominé par un vent constant, il est donc judicieux de tenter d'envoyer l'adversaire dans le vide plutôt que de le mettre K.O. L'interaction décors-personnages est ainsi volontairement développée. Les effets habituels (flou, lumière) impressionnent par leur réalisme. Les animations sont très fluides sans paraître pour autant surréalistes, c'est parfait. Dans ce domaine, Soul Calibur 2 surpasse vraiment ses concurrents.
Parallèlement, le gameplay est lui aussi exceptionnel. Nul besoin d'être un connaisseur pour éprouver du plaisir à jouer tant la variété des coups demeure grande et bien organisée. On trouve ainsi des personnages assez faciles a maîtriser (Mitsurugi par exemple) tandis que d'autres s'avèrent bien plus coriaces (Nightmare). Mais évidemment, un Nightmare bien maîtrisé reste très difficile à battre, c'est le revers de la médaille. La prise en main est quasiment immédiate, ce a quoi je ne m'attendais pourtant pas. La maniabilité reste excellente et ne délivre aucun point faible ; je ne pense pas qu'elle puisse être la cause d'une défaite. Enfin, un petite partie destinée à l'ambiance sonore qui remplit également son rôle. Des sons et bruitages en parfaite adéquation avec les coup portés, et des musiques jamais lassantes. On a sans cesse le sentiment que celles-ci correspondent bien à leur décor. Finalement, les combats n'en sont que plus agréables, si l'on peut dire. On a beau chercher, on ne trouve aucune faille à la réalisation de Soul Calibur 2.
 

Article rédigé par n0nam , le

Un jeu de baston qui séduit comme rarement, et quasiment exempt de tout défaut. Je le recommande à tous les fanatiques du genre, sans exception. Beau, complet, maniable et incroyablement prenant, Soul Calibur 2 doit également sa qualité au charisme de ses personnages. Un titre exceptionnel et logiquement attendu.

Commentaires