Preview : True Fantasy Live Online

Genre : MMORPG

Genre
MMORPG
Développé par
Level 5
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
Xbox
Site officiel
Site officiel

True Fantasy Online. Un nom qui sonne plutôt bien. Ce sera en fait le premier MMORPG (Massive Multiplayer Online Role Player Game, pour ceux qui ne l'aurait pas su) à sortir sur la boite de Billou. Cette dernière qui n'avait pas vraiment convaincu les joueurs lors de sa sortie (plus faible nombre d'unités vendues) à cause de son prix, mais aussi et surtout, du manque de « bons jeux » qu'elle avait est en train de se faire petit à petit une ludothèque digne de ce nom. C'est vrai que la XBox, grâce aux investissements de son papa pour avoir le plus possible d'exclusivité, est en train de remonter dans l'estime des joueurs, même des plus réticents (moi). Mais bon, revenons-en à nos moutons. True Fantasy est donc un MMORPG qui nous est proposé par Level 5, qui nous a déjà sorti Dark Cloud et prochainement Dark Chronicle (Dark Cloud 2).

 
 
Sur le plan technique du jeu, on peut déjà voir apparaître de nombreux points qui pourraient nous faire apprécier ce titre. Tout d'abord la qualité graphique. C'est une vraie petite merveille, une qualité d'image encore jamais vue sur un RPG Online (pour la comparaison, il n'y aurait que World of Warcraft qui pourrait rivaliser. Je vous laisse conclure -ND Tomate : Asheron's Call 2, déjà sorti, est beaucoup plus beau !).En utilisant de façon très intelligente les couleurs vives qui font ressortir une sorte de joie de vivre du jeu. Mais ce n'est pas tout, les développeurs se sont acharnés pour nous faire des décors en 3D des plus jolis qu'il soit, sans angles droits qui enlèvent habituellement une partie du charme à un titre. Level 5 nous propose une SD/Manga (avec une légère touche de Cel-Shading) très réussie bien que le rendu des personnages sur notre écran soit assez simple quoique avec des visages manquant un peu de détails, le jeu reste très agréable à regarder. On remarque aussi des expressions et réactions propres à chaque personnage en notant toutefois une petite absence de réalisme dans certains cas.
 

Premier pas

Voici donc le moment d'enchaîner sur le créateur de personnages. Ce sera une des nombreuses fonctions du jeu (en fait c'est dans presque tous les MMORPG mais bon, ça fait toujours du bien de rappeler les bons points d'un jeu, hi hi). Si on généralise l'information, vous aurez la possibilité de gérer touts ce qui touche au physique de votre personnage, c'est-à-dire la taille, la couleur des cheveux, la couleur de la peau, l'ondulation, la forme du visage, la forme du nez ou celle de la bouche, ainsi que son poids, mais aussi le style vestimentaire et surtout, à ne pas oublier, la taille de la poitrine de chaque personnage féminin, enfin tout ce qui vous permettra de faire un personnage unique qui saura vous représenter au mieux.
 

Le jeu en lui-même

Voyons donc ce que True Fantasy a à nous proposer. Comme pour chaque MMORPG sorti, il aura le droit de nous émerveiller avec sa capacité à recevoir un nombre de joueurs impressionnants (plusieurs milliers), avec ces grands espaces verts et l'étendue phénoménale de la durée de l'aventure, mais il reste un RPG Online comme tous les autres, il y a des creux qui font que le jeu n'est pas tout à fait parfait. Ici comme ailleurs il n'y a pas de scénario à proprement parler, bien que le jeu, grâce à son univers pas comme les autres, à des designs et graphismes des plus jolis qu'il soit, est vraiment accrocheur. Mais un des points forts de True Fantasy, là où dans tous les autres jeux résident un trou (ND Tomate : Plaît-il ?), est le nombre impressionnant de possibilités présentes (que l'on peut retrouver dans un Ultima Online ou même un Everquest, des références absolues du genre). De ce fait, mis à part une gestion de son personnage très réussie, ou pourra compter sur une grande variété d'actions disponibles.
 

Les actions

Parmi celles-ci ont peut apercevoir le travail, pour l'instant les seuls métiers connus sont chevalier, magicien, forgeron, commerçant, musicien, et encore bien d'autres qui n'ont pas filtré. En dehors de ceci, il vous faudra tout de même régulièrement sortir de votre petit " chez vous " pour accomplir des quêtes, frapper quelques monstres, gagner de l'argent et puis repousser le mal (en bref le train-train quotidien). Ce qui est bien aussi, c'est que quelque soit votre classe sociale ou même votre profession vous pourrez faire tout et n'importe quoi (j'entends par-là toute sorte d'activité quelle qu'elle soit).
 

Plein de petits détails

A ces systèmes, devenus communs pour nos amis PCistes mais encore assez méconnus des joueurs de consoles de vie en temps réel et d'univers parallèles s'ajouteront plein de petits détails qui ne pourront qu'enrichir le jeu. Entre autre, les rencontres entre joueurs de la terre entière, mais aussi d'éventuelles histoires d'amour entre personnages de sexes opposés (et seulement de sexes opposés !), mais aussi, pour ceux qui aimeraient faire de longues balades au clair de lune où juste pour les feignants qui n'aiment pas marcher, la possibilité d'acheter des moyens de transport tels des chevaux, des chameaux, des carrosses, des bateaux ou encore une sorte de monture qui ressemble à des dragons bipèdes. Parmi ceci, vous pourrez aussi vous allier avec un groupe afin de pouvoir résoudre des quêtes propres au jeu, et puis vous finissez sur un véritable simulateur de vie artificielle dans un monde fantastique avec une évolution du monde en fonction de votre présence et de vos actions.
 

Article rédigé par aLien* , le

Pour conclure, je ne vois pas vraiment quoi dire sans me répéter. Bon ben ce n'est pas grave. Je finirai donc en disant que True Fantasy Live Online est une véritable petite merveille dont les joueurs du pays du Soleil Levant pourront profiter dès le printemps 2003 (c'est-à-dire bientôt), qu'il est bourré de bonnes choses, et qui je pense en décidera plus d'un à acheter une XBox, entre Panzer Dragoon Orta, Fable (Project Ego), et puis Phantasy Star Online Episode I et II, il y a désormais vraiment de quoi faire... Wait and see.

Commentaires