Preview : Burnout 3 : Takedown

Burnout 3 : Takedown - Xbox

Genre : Course

Date de sortie : 09 septembre 2004

Burnout, une nouvelle sensation des jeux de course qui mélange vitesse et folie routière, avec de la sensation forte regroupant les deux. Le troisième volet ne manque pas à la règle et s'annonce encore mieux que les précédents. Plus de vitesse, plus de folie et plus de sensations fortes.

 
 
Les jeux de courses se différencient de plus en plus en apportant quelque chose qui leur est propre. Burnout ne ressemble pas à ses collègues (même s'il arrive qu'on le compare avec Midtown Madness ou encore les premiers volets de Need For Speed), puisqu'il apporte une dose d'adrénaline qu'on ne peut trouver dans les autres jeux de course. Il délaisse un peu le côté simulation mais sans pour autant négliger le réalisme. Du coup ça va vite, très vite et on doit se focaliser sur la route et sur ses adversaires si on ne veut pas terminer dans le décor. Et cela date depuis le tout premier Burnout.
 

Doucement avec Takedown

Takedown, petite particule rajoutée au titre pour lui donner un sens : démolir ! Aussi proche de la démolition que les deux autres opus mais avec une dose plus forte (un peu comme avec de la cocke. Heu, non j'suis pas drogué !!) ainsi qu'un destin plus cruel pour vos adversaires (ou pour vous !). Ensuite il y a un slogan qui résume l'état d'esprit du jeu : Conduite Agressive Exigée ! Ca veut tout simplement dire qu'il ne faudra pas conduire comme papi car vous n'êtes pas au volant d'une Super 5 et encore moins au volant d'une Peugeot 505 ! Votre sort dépendra donc de votre conduite et de votre niveau d'aggressivité. Si vous n'avez pas assez de courage pour rouler à 250km/h de peur que votre champ de visibilité se réduise au point de ne rien voir ou presque, eh bien il va vous falloir vous y habituer. En tout cas, tout est là pour vous mettre en ambiance avant même la sortie du jeu.
 

Les mêmes ingrédients pour une meilleure sensation

Que dire de ce burnout 3 : Takedown qui s'annonce comme le créateur de sensations fortes ? Et pourtant à première vue, on ne distingue pas de réelles différences avec ses prédécesseurs. A première vue seulement, car le jeu sera nettement plus fluide que les précédents (alors que les précédents l'étaient déjà assez). De plus, la vitesse sera plus accentué et plus ressentie ce qui améliorera nettement la qualité du jeu. Reste ensuite les graphismes qui sont beaux c'est sûr, et très détaillés nottament au niveau des crashs. Le mode replay diffusé en pleine course vous permet de voir au ralenti la nature du choc, et comment ce fourbe d'adversaire a réussi à vous guider vers ce foutu poteau que vous avez essayé d'éviter pendant deux tours déjà. Donc l'IA, puisque c'est comme ça qu'il faudra nommer ce fourbe d'aversaire qui n'a pas de coueur et qui ne cherche qu'une chose: remplir sa jauge de boost, eh bien l'IA se voit nettement améliorée par rapport à ses prédécésseurs. En effet, les adversaires ne chercheront plus à vous dépasser et franchir la ligne d'arrivée avant vous, mais ils essairont de vous envoyer dans le décor avec une série de queues de poissons, de carambolages et autres techniques pour vous faire ralentir. Et ça promet puisque comme tout homme qui se respecte, vous aurez envie de vous venger avec une férocité extrême en essayant par tous les moyens possibles et imaginables de vous emparer de la première place, après avoir mis en pièces les bolides de vos adversaires.
 

Burnout : Brûleur de gomme professionnelle

Que vous prometre d'autre qu'un bun jeu ? C'est en tout cas ce que laisse penser ce troisième volet de Burnout. La maniabilité reste toujours aussi simple, ce qui va vous faciliter la vie dès vos premiers essais. Pour les amateurs de Burnout, la prise en main sera immédiate et les nouveaux apprendront rapidement à maîtriser leur bolide préféré. Les circuits s'effectueront dans les heures de pointe ce qui signifie que vous aurez un traffic très dense devant votre écran. Cela paraît évident compte tenu du but du jeu et le rôle important que le traffic (très dense) possède, et ça depuis le premier volet de Burnout. De plus vous avez le choix : 70 véhicules tous plus puissants les uns que les autres, près de 40 circuits rien que pour vos yeux, 9 modes de course et 7 modes de jeu, bref c'est tout bon pour la durée de vie. D'autant plus que parmi les sept modes exisants, il y le mode online qui peut se jouer jusqu'à 6 par circuit. Déjà que le mode solo semble être assez preneur, le mode online sera d'autant plus intéressant puisque vous aurez l'occasion de vous mesurer aux vrais joueurs, ceux en chair et en os. Bref, tout cela sent bon comme un tarte aux pommes sortie tout droit de la boulangerie du coin et qui sera rapidement dégustée en fammille ou entre amis.
 

Article rédigé par NKB , le

Burnout 3 : Takedown se veut plus riche que ses prédécesseurs en offrant de meilleures sensations avec une vitesse plus accentuée et une intelligence artificielle toujours plus ardue, sans oublier des graphismes très satisfaisants. De plus, les nombreux modes de jeu combleront la durée de vie et l'arrivée du mode online ravira les amateurs du genre ainsi que les fous du volant qui passeront leur temps à essayer de faire tomber leurs adversaires afin de réussir à monter au sommet du podium, là où on touche les étoiles.

Commentaires