Preview : Star Wars : Knights of the Old Republic 2

Star Wars : Knights of the Old Republic 2 - Xbox

Genre : RPG

Date de sortie : Février 2005

Genre
RPG
Date de sortie
Février 2005 - France
Développé par
Obsidian Entertainment
Edité par
LucasArts Entertainment
Disponible sur
PC, Xbox

« Luke, je suis ton p…
- Excuse moi, qu’est ce que tu fous là ?
- Non, mais, je heu…
- T’es gentil, t’es mignon avec ta grande cape, mais tu dégages, c’est pas ton histoire.
- Je suis le premier grand méchant de la saga quand même !
- Ouais, on le saura. Allez, hop hop, dehors. Et tu fermeras la porte derrière toi »

 
 
Ha, c’est dingue quand même, ils s’accrochent alors qu’on est passés à autre chose. Je veux bien être sympa, mais quand c’est fini, c’est fini. Là il va encore aller râler contre l’autre, celui qui joue son personnage avec des boutons d’acné. Pauvre Darth, faut le comprendre, passer d’une gloire internationale à ça…
Enfin, revenons à notre affaire. KOTOR, donc. Ce nom qui fait frémir et me ramène aux longues heures passées à dévorer les aventures de ce jeune Jedi au passé mystérieux, cherchant les moyens de mettre à mal les plans du maléfique Malak. Tiens, d’ailleurs, c’est amusant Kotor 2 démarre un peu pareil. Mais 5 ans après.Soit 4000 ans avant l’épisode I de la saga.
 

Et qu’est ce que je fous là, moi ?

Bonne question, vieux. Démerde toi. Ha bon, va falloir que je t’aide ? Pfff, quelle belle feignasse. C’est ainsi que le jeu commence : vous n’êtes qu’un corps enfermé dans une capsule, parmi d’autres. Vous vous réveillez, et paf, au boulot. Si l’on apprend vite que notre héros est un ancien Jedi exclu de l’ordre pour des raisons mystérieuses, et que cet ordre est au bord de l’extinction à cause de Siths pas vraiment sympas, il va falloir, comme avant, creuser pour trouver du renseignement. Des compagnons de route rencontrés au fur et à mesure vous donneront un coup de main dans la résolution de cette grande quête. Le premier d’entre eux sera Atton Rand, pilote mécanicien un peu vicelard (c’est bon Han, on t’a repéré). Je n’en dis pas plus. C’est pour faire mon intéressant, en fait je n’en sais pas plus.
 

Le rouge est pas mal, montrez en bleu pour voir

Obsidian, qui se charge du deuxième épisode, avoue sans honte ne pas avoir réinventé le genre : ce sera grosso modo Kotor, mais en mieux. Le niveau graphique sera conservé, et l’on ne comptera pas trop sur d’éventuelles améliorations du moteur. Vous aurez toujours le choix de l’orientation de votre personnage, et votre équipe entière sera affectée par ce dernier, ainsi que l’histoire (assez logique pour un RPG, me direz vous). Bien entendu, de nouvelles armes et sorts seront disponibles, comme ce magnifique pouvoir du coté obscur qui envoie une décharge sonique dans les oreilles de vos ennemis proches, ou encore cette plaisante faculté à décrocher l’opposant le plus proche du sol avant de broyer ses os, juste en serrant les deux doigts. Miam miam. On compte aussi cinq planètes dans lesquelles vous gambaderez joyeusement, mais je n’en dis pas plus. Pour le coup, j’en sais un peu plus, mais je préfère garder des biscuits pour le test (sinon Razhiel va me taper dessus).
 

Toi, j’aime pas ta gueule

Sans dévoiler un scénario que de toutes façons je ne connais pas, je peux me permettre de vous causer de l’affreux : Darth Sion. Forcément, il est Sith, laid, pas gentil. C’est le deuxième point que je retiendrai d’ailleurs, étant donné l’ignoble apparence du garçon. Une peau de cadavre en décomposition, une tête chauve et un œil blanc lumineux, ça ne doit pas être facile pour draguer en boîte, et un peu de psychologie appliquée nous illumine sur les origines de son choix. Plus sérieusement, notre bad boy est à la tête du complot contre l’ordre Jedi, et il est certain que si la trame du jeu est d’aussi bonne qualité, notre héros aura sûrement avec lui des entretiens agités.
 

Article rédigé par Mr PATAT , le

Une suite tout ce qu’elle a de plus strict : quelques ajouts par-ci par-là, un coup de mastic et c’est parti. Au final, c’est probablement le synopsis qui permettra de faire la différence avec l’original. Si elle est aussi bien amenée, qu’elle procure autant de frissons et de rebondissements, Knights of The Old Republic II n’aura rien à envier à son prédécesseur.
La réponse à cette question existentielle bientôt.

Commentaires