Test : Mercenaries

Mercenaries - Xbox

Genre : Action

Date de sortie : Février 2005

Genre
Action
Date de sortie
Février 2005 - France
Développé par
Pandemic Studios
Edité par
LucasArts Entertainment
Disponible sur
PS2, Xbox

Après leur coup d’essai sur Full Spectrum Warrior, les gars de Pandemic Studios nous prouvent que dans le multimédia, tout n’est question que d’originalité et de prise de risque. Après un jeu de guerre charismatique mais peut-être un peu simplet, voilà Mercenaries, un jeu de guerre moins médiatique, mais peut être plus complet. C’est ça l’innovation…

 
 
Dans Mercenaries, la Corée du Nord joue les grands méchants. Et rien que pour ce manque cruel de renouvellement d’intrigue, le jeu vaut le coup. Vous, vous êtes un mercenaire assoiffé d’argent. En sentant le vent tourner à l’Est de l’Asie, vous partez sur un coup de tête voir si vos services peuvent être rémunérés…
 

Un GTA avec tout plein de guerres…

Mercenaries, c’est un GTA 3-concept en Corée. Vous pouvez marcher à pied (3ème personne) conduire, piloter, voler, et tirer. Bref, on se retrouve en terrain connu. Votre quête principale est bien sûr de vous faire de l’argent, pour rembourser vos gadgets (comprendre « gadgets militaires très dangereux pour la santé ») tout neufs. Des dizaines de quêtes annexes vous seront proposées par les différents chefs des triades de la région. Les mafieux russes vous demanderont d’aller chercher l’un de leurs agents à la prison locale, l’armée chinoise voudra faire exploser un bâtiment, tandis que la CIA locale vous demandera « la mort accidentelle pour cause d’emmelage de pieds en haut d’un escalier » d’un groupuscule dérangeant. Tout cela est très bonne ambiance, mais ne vous fera pas oublier que votre objectif principal est de mater la Corée du Nord. D’ailleurs, il s’agit bien de la seule nation avec laquelle vous resterez ennemi du début à la fin. Pour les autres, selon que vous leur rendez service ou les poignardiez dans le dos, vos relations varieront. M’enfin, un petit chèque sous la table, et n’importe qui redeviendra l’ami complice que vous avez toujours voulu avoir.
 

Un gameplay aux petits oignons

Mercenaries est très jouable. Le jeu au pad est bien foutu, la visée (assistée néanmoins) ne pose pas de problèmes, et le moteur graphique est très propre. Simple, mais très propre. Efficace quoi. Avec des modélisations bien rondes à la Second Sight et autres Time Splitters.
Le dépaysement est constant, avec des phases de jeu variées, à pied, en voiture, tank et autres camions, comme en hélico par exemple. Les combats, à pied ou en véhicule, sont très agréables, agrémentés de musiques tonitruantes et d’effet pyrotechniques qui dynamisent énormément les gunfights. Enfin, rajoutons que la finesse n’a pas été oubliée, aussi bien grâce au système de « relations » entre les factions (chaque faction possède en effet une jauge qui montre si elle vous porte dans son cœur ou pas. Le tout est mis à jour à chaque nouvelle mission), que grâce à certaines petites innovations. La mafia russe possède ainsi un site en ligne permettant de se faire livrer (en hélico, merci pour la frime et la discrétion) des armes et munitions. L’idée n’est pas nouvelle, et n’est pas aussi développée que dans Front Mission 3 (où on pouvait hacker des sites entiers héhé), mais permet de continuellement renouveler le gameplay.
 

Au final

Riche, diversifié, pas prise de tête, jouable et impressionnant techniquement comme musicalement, Mercenaries est un vrai cadeau de plaisir. On retrouve la liberté de GTA3, de nombreuses quêtes annexes, des tas de factions à se mettre dans la poche, des véhicules à piloter, des missions variées, et finalement un titre que l’on a du mal à quitter ! Le plaisir de toujours en faire plus, par petites touches, nous fait vibrer pendant de longues heures.
 

Article rédigé par Rick28 , le

Très bon titre, bien plus profond et riche que Full Spectrum Warrior. Mercenaries est aussi bien un jeu au gameplay compet qu’un jeu d’ambiance. L’atmosphère oppressante de la guerre et du danger à chaque coin de rue est très bien retranscrite, grâce à une bande-son réussie qui –alliée à un gameplay en béton- ferait sombrer n’importe quel joueur dans un dialogue de sourds avec sa télé. Et ce pendant de longues après-midi.

Points positifs

  • Gameplay réussi
  • Gameplay varié
  • Techniquement très propre
  • Bande son terrible
  • Durée de vie très bonne
  • Quêtes annexes, réussies
  • Un grand terrain de jeu

Points négatifs

  • Technique un peu limitée sur Xbox
  • Scénario de base à l’eau de rose de chez Tom Clancy

Commentaires