Test : Unreal Championship 2 : The Liandri Conflict

Unreal Championship 2 : The Liandri Conflict - Xbox

Genre : FPS multijoueur

Date de sortie : Avril 2005

Genre
FPS multijoueur
Date de sortie
Avril 2005 - France
Développé par
SCi
Edité par
Midway Games
Disponible sur
Xbox

Unreal Championship 1 bousculait le monde du FPS sur Xbox voilà deux ans. Rapide, vif, efficace, violent, Epic avait su éclipsé la fibre artistique qui sommeillait en eux pour se concentrer sur un titre fun, très fun. Mais peut-être trop arcade. Ce deuxième opus sur Xbox a d’ailleurs des allures encore plus « grand public ». Pourtant, Epic et Midway ont réussi à éviter les écueils propres aux suites pour recentrer la série, et rendre le jeu plus tactique.

 
 
On a tout d’abord la rigolote impression d’être totalement à coté de la plaque. Les similitudes avec Unreal Championship 1 sont bien sûr présentes. Un peu planquées, mais bien là. Ce qui surprend, c’est que les nouveautés que l’ont avait découvert avec joie dans Unreal Tournament 2004 sur PC ont totalement disparu. Bref, pas de véhicules pilotables, ce qui nous fait regretter amèrement Halo 2 Des modes de jeu toujours très simplets, qui nous font pleurer Unreal Tournament premier du nom et son mode Assault. Et enfin un mode solo un poil bâclé, où les combats s’enchaînent sans scénario et en présence de bots sans réflexion. Bref, Midway et Epic n’ont pas repris les fondations de UT 2004 pour en faire une version Xbox. Etrange, c’était pourtant ce qu’ils avaient fait pour UT 2003 (qui était devenu UC1). Ont-ils revu leur copie ?
 

Un gameplay révolutionné par quelques soirées fumette

Si le jeu a perdu un peu en contenu, c’est que les développeurs ont revu les fondations de leur série. Ce nouvel opus, encore dédié au multijoueur et plus précisément au Xbox Live, intègre une idée assez étrange, pas mal décalée, et sortie d’on ne sait où : en effet, désormais les armes blanches sont acceptées. Et elles sont plus qu’utiles : épées, haches et autres faux sont très efficace au corps à corps, et vous découpent un homme en moins de deux. Face aux guns habituels, une bonne épée peut même renvoyer les projectiles ! Bref, l’idée est farfelue, mais le principal est là : c’est original, et pourtant le gameplay reste équilibré. On apprécie alors les passages en vue à la 3ème personne lorsque l’on prend notre épée de 50 kilos pour aller la fourailler dans le gosier de l’adversaire –désemparé- qui s’effondre en larmes incapable de nous viser (ici, à HG, nous faisons des sauts dans tous les sens pour ne pas se faire toucher. Nous sommes ce que l’on appelle des joueurs « malins ».).
 

Unreal reste porté sur l’arcade

Ce que j’ai du mal à encaisser avec la série,–en dehors de son background devenu totalement bordélique après Unreal Tournament 1- ce sont ces penchants arcade. Dans UC1, il était déjà possible de récolter de l’adrénaline pour ainsi déclencher 4 mouvements spéciaux (bersek, invisibilité, etc.) qui permettait de se faire quelques frags vite fait-bien fait. Dans UC2, l’utilisation de l’adrénaline est plus que jamais de rigueur, et permettra 6 combinaisons possible. Certaines sont générales, tandis que d’autres seront propres à votre combattant. Pour une fois que le choix du skin aura véritablement une influence, c’est chouette. En revanche, si comme moi vous n’aimez pas utiliser cette fonction, vous allez souffrir. En effet, un ennemi qui se met à s’envoler, à éviter vos balles, et à se soigner en même temps, c’est assez chaud à dézinguer. Surtout pour les demeurés qui refusent de se mettre à récolter l’adrénaline sous prétexte que ça « dénature l’esprit UT gna gna gna ».
 

Au final

Bref, ce nouvel opus arrive à renouveler l’esprit UT d’une drôle de manière. Tout le monde ne sera pas convaincu, mais en tout cas, aux US, ça a énormément plu. Le titre s’est récolté 9.3/10 chez IGN Xbox, et table généralement dans les 9/10. Perso, si le trip 1ère/3ème personne alterné aux armes blanches/armes à feu me plait vraiment (très équilibré et permet de voir son perso !), je resterai déçu par la direction arcade qu’a prit la série. Qu’importe, cet épisode est très bien foutu et rénove pas mal le genre ; oublions qu’il s’agit initialement d’un successeur de Unreal Tournament, et gardons en tête qu’en terme de fun, ça risque de faire des nuits blanches dans les chaumière…
 

Article rédigé par Rick28 , le

En apportant des idées farfelues à son gameplay, comme la vue à la 3ème personne et la présence d’armes blanches, Epic a revu sa copie d’une drôle de façon. Le tout reste pourtant très équilibré, super dynamique, et se permet d’être plus tactique que le premier épisode ! La jouabilité demande un peu de doigté si vous être désireux d’atteindre les cimes du classement online, mais même sans génie dans les mains, vous arriverez à en trouver pour votre compte !

Points positifs

  • Les armes blanches, très sympas
  • La 3ème personne : marrant et très jouable
  • Un gameplay de perfectionniste : jumps, fatalities, combos
  • Online : pas de lags, pas de freeze, beaucoup de fun

Points négatifs

  • Ca s’éloigne de l’esprit original de la série
  • On n’a pas repris les bonnes idées de <b>UT2004</b> (véhicules, etc.)
  • Un peu trop bordélique pour ceux qui ne maîtrisent pas le pad
  • Un solo simplet, aux bots idiots

Commentaires