Test : NBA 2K6

NBA 2K6 - Xbox

Genre : Basket-ball

Date de sortie : Mars 2006

Genre
Basket-ball
Date de sortie
Mars 2006 - France
Développé par
Visual Concepts
Edité par
2K Games
Disponible sur
PS2, Xbox 360, Xbox

Esprit de George Eddy, viens en moi.. Aide moi à trouver une accroche pour le test de NBA 2K6 … Comment je vais bien pouvoir faire ça moi… ?? En avouant que c’est un jeu de basket ? Certes. En admettant que ce jeu là est le Pro Evolution Soccer de la NBA ? Oui. Je peux le dire tout net, ce jeu là est un concentré de plaisir pour qui aime le basket, et la série des NBA 2K ne faillit pas à sa réputation, en proposant un très bon soft, qui saura ravir les débutants comme les passionnés.

 
 
Il y a maintenant trois ans que j’ai débarqué sur Gamehope, qui s’appelait encore Hardgamers à l’époque pour y faire mon premier test, celui de NBA 2K3… Ah, quelle émotion, les coups de fouet du taulier et tout ça... Mais revenons à notre client : la série a bien évolué depuis cette époque, je vous rassure et pour mon premier test sur GH, il me paraissait normal de faire un petit retour aux sources… ANDDD NOOOOOW YOUR NBA 2K6… (Phrase d’intro du commentateur pour ceux qui se demanderaient si j’ai pas un peu pété les plombs.)
 

Expédions déjà les…

…quelques petits défauts. En effet, le jeu de 2K Games n’est pas exempt de tous reproches, surtout quand on le compare d’un point de vue graphique à son seul concurrent valable, NBA Live 06. Ici, les animations sont magnifiques, mais elles sont beaucoup moins variées. La modélisation des joueurs est parfois approximatives ; ici je pense surtout aux fans de notre Tony Parker National (TP pour les intimes) qui seront particulièrement effarés à la vue du numéro 9 des Spurs. Le graphiste qui s’en est occupé était probablement ivre mort, comme Tomate hier soi… euh non j’ai rien dit ! On regrettera aussi le manque d’évolution notable à ce niveau depuis l’année dernière et en passant un petit mode 24/7 qui n’a rien d’exceptionnel… Tu customise ton joueur et tu lui fais jouer des matchs petit à petit et gnagnagna… Déjà vu, réchauffé, même si ce mode est loin d’être désagréable à jouer, il n’est pas assez novateur pour être passionnant. L’entraînement est quant à lui bâclé, ne vous permettant que du jeu libre et de l’exercice aux lancers francs, mais je ne trouve pas cela particulièrement gênant, quelques matches valent mieux que des tutoriaux selon moi ! Bien, maintenant que je me suis ardemment défoulé, parlons du cœur même de ce jeu et de son atout…
 

Un gameplay irréprochable

Car elle est là, la grande force de NBA 2K6. Là où dans un NBA Live, il suffit le plus souvent de s’en remettre à un joueur clé pour gagner, dans NBA 2K6, il faudra s’appuyer sur le collectif afin de faire « travailler » vos stars… Bien évidemment, leurs aptitudes vous sont signalées au moyen de petits symboles, ce qui facilitera grandement la tâche de ceux qui ne savent pas que Duncan n’est pas un dieu du 3 points par exemple. A signaler aussi la gestion des tirs et des interceptions avec le stick analogique droit : un peu ardu à maîtriser au début, ce système deviendra vite un de vos principaux atouts. Pour les grands récalcitrants, le système de touches classiques est aussi disponible et se révèle très satisfaisant, mais un poil moins précis. On pourra aussi remarquer la gestion de l’alley-oop qui ne soufre d’aucun défaut et qui vous autorise à vous la jouer « hourra basket »… Par ailleurs, tous les schémas tactiques vous seront expliqués en Français et l’ordinateur analyse votre manière de jouer dans les profils VIP, mais je vais y revenir…
 

Des ptits bonus sympas…

Outre le fait que l’ambiance « TV » des rencontres est bien retranscrite (statistiques, infos diverses), le mode saison est parfait et celui-ci satisfera tout le monde, même s’il ne réserve pas de grosses surprises. On retrouve le basket de rue, à travers le mode Street qui était un véritable jeu dans le jeu et qui le demeure dans cet édition. J’allais vous parler de la fonction VIP mais j’ai été grossièrement interrompu par moi-même, je me reprends donc. Grâce à une analyse très pointue de votre gameplay, le CPU est capable si vous le lui demandez, de jouer à votre façon. Une initiative pas indispensable mais sympathique. De plus, comme cette analyse est disponible dans le menu Options, vous pouvez corriger vos petits défauts (pas assez de prise à 2 et de triple menace pour votre serviteur). Enfin, la playlist, bien que laissant la part belle au rap, n’est pas désagréable, les biographies des groupes sont même traduites en français, révélateur du soin apporté à l’ensemble du soft.
 

Article rédigé par Baba , le

Vous l’aurez compris, NBA 2K6 est assez technique pour ne pas regretter son investissement en tant que fan de basket, mais il apporte aussi une dose massive de fun, même si les graphismes peuvent laisser quelque peu le joueur sur sa faim. Pour 40 euros, le fan de basket aurait donc tort de se priver. Seul vrai bémol : le manque d’innovations par rapport à l’opus précédent.

Points positifs

  • Gameplay
  • Ambiance pas si mal
  • Complet

Points négatifs

  • Graphismes bof

Commentaires