Test : Fighter Within

Fighter Within - Xbox One

Genre : Combat avec Kinect

Date de sortie : 22 novembre 2013

Genre
Combat avec Kinect
Date de sortie
22 novembre 2013 - France
Développé par
Ubisoft
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
Xbox One
Modes de distribution
Boutique

Après un passage assez catastrophique sur Xbox 360 avec le désormais légendaire Fighters Uncaged, Ubisoft retente le coup de la « air baston » avec Fighter Within. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression qu'on va se marrer.

Test effectué à partir d'une version Xbox One

 
 
Fighter Within est, en dehors de Zoo Tycoon 2, le seul jeu du line-up de lancement de la Xbox One à utiliser Kinect 2. L'occasion de remarquer plusieurs choses à propos de ce nouveau périphérique, à savoir sa précision assez impressionnante à certains moments. Le simple fait que l'icône qui représente la main du joueur pour naviguer dans les menus soit une main ouverte et s'affiche comme un poing lorsque vous refermez celui-ci est une bonne surprise. Pourtant, paradoxalement, le plus gros défi de Fighter Within est à notre sens la navigation dans les menus du jeu. Après une installation atrocement longue (plus d'une heure chez nous sans avoir à le télécharger), le simple fait de cliquer sur un menu est peut-être le mouvement le plus difficile du soft. Il faut taper, paume ouverte (comme Jean-Claude Vandamme dans Kickboxer, vous repérez ? « Paaaaaaaaaaah » qu'il dit quand il le fait) sur l'icône que l'on veut sélectionner et, la plupart du temps, il réussi à valider l'icône d'à côté. Mais il est aussi capable de simplement éclairer le bouton que l'on cherche à cliquer, et il faut alors rester patient, pendant parfois 30 secondes dans la même position, pour attendre qu'il comprenne tout seul. Une fois la souffrance de se lancer dans le jeu endurée, c'est une vraie surprise que le déroulement des combats.
 

Bloodsports

Tout d'abord, lors du tutoriel qui vous apprend les ficelles du jeu, vous serez étonné de voir à quel point Kinect reconnaît bien les mouvements. Beaucoup mieux que son prédécesseur, c'est une certitude, surtout au niveau de la précision mais aussi du temps de réponse, quasi-instantanée. Le problème de gameplay n'est pas là donc. Le vrai souci c'est la profusion d'informations qui fait littéralement péter les plombs au capteur. Kinect 2 a effectivement de vraies qualités, mais peut-être ne sont-elles absolument pas exploitables dans un jeu de baston, malgré le kiff que représente le seul fait de dire « se taper avec ses potes dans un jeu à reconnaissance de mouvements ». Fighter Within propose un mode histoire nanaresque, avec une histoire écrite à la va-vite sur un coin de nappe. On passera rapidement dessus pour se concentrer sur l'essence même du jeu, les combats. Fighter Within est joliment designé dans son ensemble, des décors à la modélisation des personnages.
 

Full Contact

Le gameplay de Fighter Within n'est pas stupide puisqu'il ne propose pas uniquement de gesticuler dans tous les sens pour gagner un match. Il y a possibilité de concentrer son chi, avec un geste à la super saiyan, pour réaliser des super coups, on peut contrer, faire des combos, projeter... Seulement dans la pratique, c'est SYSTÉMATIQUEMENT le bordel. Pourtant, tout a été prévu : reconnaissance de chaque membre, pouvoir se baisser pour éviter les coups, esquiver en arrière, dasher en avant... Et puis des indications à l'écran permettant de réaliser des coups que vous ne pouvez pas vraiment exécuter devant la caméra à moins d'être champion de gymnastique. Mais dans le feu de l'action, Kinect n'est pas vraiment d'accord avec ce que vous voulez lui faire faire. Le calcul de plusieurs personnages est d'autant plus difficile à deux. Pourtant, on rigole bien, parfois. Mais plus pour le fait de se dépenser avec un pote dans un jeu plein de testostérone que parce que l'on a réussi ce que l'on entreprenait. Toute technique est donc un peu à jeter à la poubelle, toutes les bonnes intentions probables des développeurs jetées au bûcher de la limite technologique. Pour gagner en solo, c'est une question d'anti-jeu. Pour gagner à deux, une question de gesticulation.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Un titre avec quelques bonnes intentions et une reconnaissance parfois étonnante de précision (en dehors des menus, aussi bizarre que cela puisse paraître), mais dont le principe même fait péter un plomb à Kinect. Le jeu peut être rigolo pour brûler quelques calories entre amis, vraiment. Mais si vous voulez jouer, genre vraiment jouer, fuyez pauvres fous.

Points positifs

  • Parfois étonnant de reconnaissance
  • Bon défouloir entre potes
  • Plutôt joli dans l'ensemble même si on attend un peu plus de la next gen

Points négatifs

  • Histoire nanaresque et sans intérêt
  • Très très vite bordélique
  • Zero contenu
  • La navigation dans les menus WTF

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires