Test : Halo : The Master Chief Collection

Halo : The Master Chief Collection - Xbox One

Genre : Collection de FPS légendaires

Date de sortie : 11 novembre 2014

Genre
Collection de FPS légendaires
Date de sortie
11 novembre 2014 - France
Développé par
343 Industries
Edité par
Microsoft
Disponible sur
Xbox One
Modes de distribution
Boutique
Xbox Live Arcade

S'il y a bien une saga qui a défini l'univers Xbox et révolutionné son genre, c'est sans doute Halo. Autrefois développée par Bungie, à qui l'on doit récemment le très médiatisé Destiny, Microsoft a depuis confié l'avenir de la franchise à 343 Industries, un studio spécifiquement fondé pour reprendre le flambeau. Avec la Masterchief Collection, les développeurs offrent aux fans et aux néophytes une superbe occasion de se (re)plonger dans une série devenue véritablement culte.

Test effectué à partir d'une version Xbox One

 
 
Assaillie par les remastérisations HD en tout genre, cette nouvelle génération de consoles aura peiné à démarrer sur les chapeaux de roue. Bien que la majorité de ces portages consistent en de simples transitions vers une définition d'image toujours plus élevée, certains rares projets tachent de voir plus loin et de proposer une certaine forme de renouveau. La Masterchief Collection ne laisse rien au hasard, et entend bien s'imposer comme véritable modèle à suivre. Pari réussi ?
 

Aux quatre confins de la galaxie

Ce n'est ni un, ni deux, ni même trois, mais bien quatre jeux complets que nous livre cette collection ultime des aventures du Masterchief. Paru en 2001, le tout premier Halo avait fait l'effet d'une onde de choc dans le paysage vidéoludique. Et pour cause : jamais un FPS console n'avait affiché une telle ambition, au point de faire taire les mauvaises langues déclarant à l'époque que ce genre ultra-convoité ne pouvait qu'exister sur ordinateur, clavier et souris en mains. Malgré les excellents Goldeneye et Timesplitters, pour ne citer qu'eux, il faut dire que les FPS consoles souffraient en général d'un réel manque de précision et de finition. Bungie allait alors proposer un gameplay au feeling unique, totalement adapté à une manette, et offrant un confort et un plaisir de jeu rarement atteint chez un jeu du genre sur console de salon. Plus qu'un gameplay, Halo c'est aussi un vrai univers, avec une mythologie vaste et intrigante, une esthétique reconnaissable parmi mille autres, et des musiques d'exception signées par les talentueux Marty O' Donnell et Michael Salvatori.

Premier point marquant lorsqu'on débarque sur l'écran central de la collection : le contenu est dans son intégralité entièrement disponible et accessible à partir d'un menu intuitif et bien pensé. Nul besoin de relancer le jeu pour changer d'opus, ou passer en mode multijoueurs. Tout, absolument tout, s'offre à vous dès les premières secondes, et l'on va rapidement constater que le soin accordé à cette interface s'applique à l'ensemble de la collection. Aussi bien en campagne solo qu'en multijoueurs, les différents épisodes de la saga carburent en 1080p et 60 images/seconde et ce sans ralentissements notables.
Deuxième gros point fort de cette tétralogie, une fonction "playlist" purement accessoire au premier abord, mais qui risque de conquérir les cœurs de bon nombre de joueurs, en particulier les fans inconditionnels. En effet, ce mode permet au joueur de former une liste customisée de niveaux qu'il aura pioché à sa guise au sein de chaque jeu, et qui suivra donc l'ordre prédéfini, chapitre après chapitre. Entamer votre campagne rêvée par l'ouverture du premier Halo, pour enchaîner avec le quatrième chapitre du second volet et conclure avec le prologue de Halo 4 ? Pas de soucis ! C'est vous qui bâtissez votre aventure idéale en fonction de vos goûts.
Vous êtes amateurs de scores et de chronos ardus ? Alors ce troisième aspect notable de la collection va probablement vous séduire. Au sein de chaque jeu, et ce pour chaque chapitre, vous pouvez vous imposer des objectifs annexes qui consistent en du temps imparti pour la finition du niveau, ou en de petits défis liés au nombre de frags et autres mises à l'épreuve. Une très bonne idée qui vient rallonger l'expérience, et permet également à tout un chacun de comparer ses compétences avec ses amis et le reste de la communauté mondiale. Car oui, vos meilleurs temps et scores sont référencés et apparaîtront dans un classement global. Encore mieux, vous pouvez définir votre nemesis préférée, soit un rival avec qui vos données seront constamment confrontées. Autant dire que les puristes ont de quoi être aux anges !
 

Des aventures galactiques à consommer sans modération

Vous l'aurez compris, aussi bien dans sa forme que dans son contenu, la Masterchief Collection ne fait pas les choses à moitié et câline ses amateurs, et ce n'est certainement pas la suite de ce paragraphe qui viendra nous contredire. Au sommet des performances technologiques de leur époque, les deux premiers Halo figuraient de vitrines graphiques pour la Xbox. Toutefois, loin de se contenter d'un simple lifting HD, 343 Industries a refondu les jeux de A à Z : nouveaux modèles, nouvelles textures, nouveaux éclairages, nouveaux effets spéciaux, nouveaux bruitages et musiques ré-orchestrées ; c'est bien simple, nous avons droit à deux véritables remakes qui, bien qu'ils conservent la même architecture de niveaux, les mêmes animations et la même intelligence artificielle, nous apparaissent sous un tout nouveau jour. Le premier volet sous son édition anniversaire était déjà sorti sur Xbox 360 en 2011 et ne peut donc être considéré comme une véritable nouveauté à part entière, le second en revanche, figure pour la toute première fois lui aussi dans une édition anniversaire et a bénéficié d'un travail encore plus poussé que son aîné. Alors certes, même si l'on peut difficilement parler de claque, la qualité visuelle de ces deux nouvelles moutures a de quoi plaire à nos rétines. C'est un réel bonheur de parcourir à nouveau ces mondes, avec une finesse graphique plus que jamais à la hauteur de leur direction artistique.
Déjà présente dans Halo Anniversary, la géniale fonction permettant de basculer d'une simple pression de touche de la version remasterisée du jeu à sa version originelle est de retour pour le second opus également. L'on se prend ainsi à switcher entre ces deux versions, représentatives de deux époques aujourd'hui séparées par un fossé technologique immense et qui saute inévitablement aux yeux. La transition se fait instantanément, sans chargement aucun, et devrait toucher la corde nostalgique de plus d'un joueur. Encore une fois, une très bonne idée parfaitement mise en application et qui, qu'on se le dise, mériterait de devenir un indispensable à toute remastérisation digne de ce nom.

Les troisième et quatrième Halo ne sont pas en reste, et si l'évolution visuelle demeure en toute logique moins flagrante que leurs grands frères, on note une réalisation graphique bel et bien améliorée, avec une définition d'image plus grande, une fluidité accrue et des jeux d'éclairage plus fins, sans compter bien évidemment un anti-aliasing nettement plus performant. Là encore, les développeurs ont peaufiné leur portage, et cela se ressent. Halo 4 profite du même étalonnage et, pourtant déjà sacrément joli sur 360, se montre encore plus ravissant et fluide qu'auparavant.
À noter par ailleurs que la campagne de Halo 2 s'est vue greffer de nouveaux prologue et épilogue inédits, spécifiquement conçus dans le but de consolider l'édifice narratif qui sera continué l'an prochain par Halo 5. Point tout aussi appréciable, les cinématiques majeures du jeu ont été refaites par le studio Blur, à qui l'on doit un grand nombre de trailers et cinématiques de jeux actuels, et le résultat est époustouflant.
 

We are Spartans

Au-delà des nombreuses heures qui vous attendent au travers de chacune des campagnes solo, vous pourrez retrouver ce qui a toujours été l'un des atouts majeurs de la série, à savoir son mode multijoueurs. Avec plus d'une centaine de maps (!), une pelletée de modes de jeux divers et variés, un ensemble d'options de customisation, et toute la richesse de l'arsenal de l'univers Halo, la Masterchief Collection nous gratifie d'un contenu multijoueurs tout bonnement gargantuesque. Comme nous le mentionnions plus tôt, la totalité du contenu de cette collection est accessible via un même menu, et le multijoueurs ne fait pas exception puisque l'ensemble de ses gâteries sont centralisées. Un gigantesque fourre-tout, en quelque sorte, qui devrait donner lieu à de bien belles orgies sur le Xbox Live. Le mode d'édition de niveaux nommé Forge répond bien entendu à l'appel et, les fans attesteront de nos dires, garantit une dose supplémentaire de fun non négligeable. En disposant librement les éléments de jeu sur la map de votre choix, vous redéfinissez votre façon de jouer et imposer de nouvelles règles inédites afin de partager au final de nouvelles expériences multijoueurs aux côtés de vos compagnons de jeu. Le mode d'édition vidéo fait lui aussi son grand retour et, autrefois réservé à Halo 3 et 4, peut désormais s'appliquer aux composants multijoueurs de Halo 2.

Si le compétitif n'est pas votre tasse de thé, vous pourrez vous adonner aux modes coopératifs (de 2 à 4 joueurs) en écran partagé ou en ligne proposés par chacun des quatre volets. Les contenus additionnels de Halo 4 seront quant à eux disponibles à une date antérieure. Vous en voulez toujours plus ? Alors vous en aurez encore. En plus de sa moelle purement ludique, cette collection donne accès à une plateforme connectée et dynamique sur laquelle vous pourrez découvrir du contenu vidéo inédit, avec notamment des making-of, interviews et autres montages susceptibles de satisfaire la fanbase Halo, mais aussi et surtout Halo: Nightfall ! Qu'est-ce donc ? Ni plus ni moins que la web-série produite par Scott Free - le studio fondé et dirigé par Ridley Scott (Gladiator, Kingdom Of Heaven, etc) - qui narre les origines de l'Agent Locke, un personnage que l'on nous dit être majeur dans la mythologie Halo et qui devrait jouer un rôle essentiel dans le futur cinquième opus.
Et tant que l'on parle de Halo 5, sachez que la Masterchief Collection vous donnera accès d'emblée, dès sa date de disponibilité, à la beta multijoueurs du jeu. C'est bon là, vous êtes rassasiez ?
 

Au fil des étoiles

La question que vous vous posez, ou devriez vous poser, à ce stade est la suivante : que valent les jeux Halo ? Et bien disons que cette saga s'avère tout simplement incontournable aussi bien pour les férus de FPS que pour les amateurs d'univers de science-fiction à la sauce space opera. Oui, sans jouer les langues de bois, nous pouvons affirmer que certains aspects des deux premiers épisodes ont franchi un cap vieillissant, et clairement, des défauts évidents ne manqueront pas de taquiner les plus strictes des joueurs. Oui, le niveau de la Bibliothèque dans Halo premier du nom demeure encore et toujours une plaie de par son level design paresseux - un reproche que l'on peut également faire à certains niveaux de Halo 3 - et ses vagues d'ennemis incessantes. Oui, certains niveaux pêchent cruellement par un manque d'inspiration parfois consternant. Oui, l'on aurait apprécié l'ajout de collectibles à dénicher au sein de mondes nous paraissant en 2014 relativement vides. L'on regrettera par ailleurs l'absence des opus ODST et Reach, mais le Masterchief ne figurant dans aucun des deux, cet "oubli" s'avère compréhensible et pardonnable, d'autant plus face à la générosité non dissimulée du produit.
Mais vous savez quoi ? Cela n'importe finalement pas tant que nous pouvions le craindre, face au plaisir de jeu éprouvé sur des shooters fondamentalement inimitables et inimités jusqu'alors. Lorsque l'on voit le dynamisme non-scripté de l'intelligence artificielle du jeu qui a débuté la série en 2001, l'intelligence de son rythme de progression, l'ouverture des niveaux permettant l'utilisation de chouettes véhicules, l'on se dit finalement que le genre FPS n'a que tragiquement peu évolué depuis, la majorité des titres actuels ayant souvent peine à ne serait-ce que rivaliser avec ces dites-qualités. Oui, Halo a posé les bases du FPS console moderne, et oui, il demeure encore d'actualité aujourd'hui à bien des regards, et cette collection saura, nous l'espérons, ouvrir les yeux d'une concurrence en panne d'ambition en lui montrant le chemin parcouru et à parcourir, d'un genre que l'on consomme de nos jours tel un menu McDonalds ingurgité et sitôt oublié.
 

Article rédigé par Wanda , le

Généreuse, définitive et indispensable, voici les trois qualificatifs que l'on attribue sans hésitation aucune à cette Masterchief Collection. Faisant preuve d'un grand soin aussi bien dans sa forme que dans son contenu, la tétralogie Halo a tout pour plaire et offrir des dizaines d'heures de jeu mémorables à qui daignera en faire l'acquisition. Et ce, ô combien méritée, que l'on soit fan de la première heure ou néophyte désireux de découvrir une saga qui continue de traverser les ères vidéoludiques avec fougue et popularité. Qui plus est, elle s'impose en tant que véritable modèle à suivre pour les prochaines collections remasterisées à venir et offre à la Xbox One une exclusivité de forte stature en cette fin d'année.

Points positifs

  • Une saga mythique à (re)découvrir sous son plus beau visage
  • Un plaisir de jeu et un feeling intemporels
  • Une durée de vie colossale
  • Du contenu bonus intéressant et généreux
  • Les fonctions playlist et switch
  • Des musiques fabuleuses
  • Une composante multijoueurs incroyablement addictive et complète

Points négatifs

  • Level design parfois paresseux
  • Certains aspects qui peuvent paraître vieillots
  • Quelques bugs dus au portage
  • L'absence de ODST et Reach

Commentaires