Test : Agatha Christie : The ABC Murders

Agatha Christie : The ABC Murders - Xbox One

Genre : Point and click policier

Date de sortie : 04 février 2016

Genre
Point and click policier
Date de sortie
04 février 2016 - France
Développé par
Artefacts Studios
Edité par
Microïds
Disponible sur
DS, PC, PS4, Xbox One

Depuis quelques temps, les amateurs d'enquêtes et de point'n'click se régalent des aventures de Sherlock Holmes, dont la qualité n'en finit plus de s'améliorer. Mais un petit nouveau a finalement décidé de débarquer pour tenter de lui voler la vedette. Enfin, nouveau, pas vraiment : Hercule Poirot a déjà eu droit à ses propres jeux, d'une qualité plus ou moins discutable. Une nouvelle chance lui est aujourd'hui donnée sur PC, PS4 et Xbox One avec un certain Agatha Christie's : The ABC Murders.

Test effectué à partir d'une version PS4

Pour son arrivée sur les consoles new-gen, Hercule Poirot a décidé de jouer la sécurité. Hors de question de débarquer avec une histoire inédite, l'enquêteur belge (mais vivant en Angleterre) nous fait revivre pour l'occasion la traque du tueur A.B.C. Si les fans du bonhomme moustachu connaissent déjà les tenants et aboutissants de ce roman, petit rappel des faits pour les néophytes. Un beau jour, Poirot reçoit un mystérieux courrier l'avertissant d'un meurtre qui serait commis sous peu dans la ville d'Andover, le tout signé sous le pseudonyme A.B.C. Pourquoi le prévenir ? Tout simplement pour tester son intelligence légendaire. Ne prenant pas forcément cette menace très au sérieux, le belge laisse passer. Mais quelques jours plus tard, l'inspecteur Japp de Scotland Yard lui indique qu'un meurtre a bel et bien été commis. Poirot et son ami Hastings se rendent donc sur place et découvrent, aux côtés du corps de la victime, un guide des chemins de fer A.B.C. De quoi suffisamment intriguer le détective et le pousser à se pencher sur cette enquête...

Agatha Christie's : ABC Murders

A.B.C.D.C.D.

Agatha Christie's : The ABC Murders ne dépaysera en rien les adeptes des jeux estampillés Sherlock Holmes tant ce titre emprunte d'éléments à la licence de Frogwares. A commencer par le déroulement de l'enquête, qui s'effectue toujours de la même manière dès la découverte d'un cadavre. Poirot arrive sur les lieux, il inspecte le corps et les environs, questionne les témoins et suspects potentiels et finit par en apprendre un peu plus sur les personnes via la résolution de quelques puzzles. Cet épisode met en scène trois crimes, le tout se répète donc trois fois, mais plus on progresse dans l'histoire et plus ces passages s'allongent. L'observation n'est par ailleurs pas non plus sans rappeler Sherlock Holmes et plus spécialement Crimes and Punishment. Lorsque Poirot trouve quelque chose à observer, le joueur a la possibilité de déplacer le curseur et, une fois qu'un endroit est intéressant, la manette se met à vibrer et tous les éléments alentours se floutent (taux de challenge proche des pâquerettes). De quoi permettre, pour par exemple un personnage, de comprendre qu'il est nerveux, sincère, méfiant, et ainsi de suite. Ce qui est bien utile pour ce cher Hercule lors de l'interrogatoire.

Agatha Christie's : ABC Murders

Car chaque interrogatoire permet de choisir entre plusieurs questions : c'est alors au joueur d'opter pour celle qu'il considère la plus adéquate au vu du profil de l'interrogé. Un élément de gameplay intéressant qui n'est toutefois pas totalement abouti, puisque le choix des questions n'influence finalement que très peu la progression. Dommage. Enfin, une fois ces deux phases passées se déroule celle du dénouement des puzzles qui consistent en règle générale à en apprendre plus sur la victime ou son entourage. Là encore, la difficulté est proche du néant pour la plupart des énigmes, même si certaines se montrent un peu plus ardues. Dans les faits, il s'agit bien souvent de trouver une cachette secrète dans un objet afin de trouver une clé ou n'importe quoi d'autre qui pourra être utilisé ailleurs. En règle générale, l'objet est placé en gros plan et le joueur peut déplacer la caméra tout autour afin d'en percer tous les secrets. Si le tout se montre facile pour les connaisseurs de point'n'click, les moins férus du genre pourront toujours utiliser des indices afin qu'Hercule leur donne un petit coup de pouce sur la marche à suivre.

Agatha Christie's : ABC Murders

SaChristie !

Deux autres éléments se montrent intéressants : le fait de vivre le moment du crime et l'utilisation des ''petites cellules grises'' comme aime à les appeler Hercule Poirot. La première (et trop courte) phase permet donc de deviner la chronologie d'un meurtre histoire de voir comment il s'est déroulé – la seule chose incertaine étant bien entendu l'identité du coupable, qui reste donc grisé. Les événements avancent ainsi petit à petit et s'arrêtent à certains moments : au joueur donc de choisir ce qu'il convient de faire. A ce moment-là, le tueur a-t-il décidé de parler avec la victime ou de l'attaquer directement ? A-t-il détourné son attention ou non ? Là encore, la difficulté en fera sourire plus d'un et, si par malheur le joueur se trompe, ce n'est en rien pénalisant puisqu'il peut immédiatement recommencer. Pas de Game Over en vue, donc. Enfin, les passages impliquant les petites cellules grises permettent en fait de recouper des informations pour en arriver à des déductions, comme (une fois encore) ce que faisait Sherlock Holmes : Crimes and Punishments avec les neurones. Concrètement, il est posé une question au joueur, du genre « Machin avait-il un mobile pour tuer Bidule ? ». Plusieurs éléments découverts pendant l'enquête sont alors disponibles et c'est au joueur de choisir les bons (la plupart du temps il en faut trois). Dans ce cas, cela pourrait être par exemple « Machin était secrètement amoureux de Bidule », qui pourrait donc corroborer cette hypothèse, ou au contraire « Machin était le meilleur ami de Bidule » qui pourrait donc laisser penser qu'il n'avait pas de raison de commettre le meurtre.

Agatha Christie's : ABC Murders

Ces passages sont assez nombreux et répondent tous à une logique infaillible, il n'est donc pas bien compliqué de rapidement trouver les bonnes réponses... Et de se prendre pour un vrai Hercule Poirot. D'ailleurs, les fans de l'enquêteur pourront tenter de voir s'ils sont proches de la personnalité du bonhomme et ce grâce aux points d'égo, qui s'accumulent lorsque l'on agit comme il l'aurait fait. Au nombre total de 600 dans le jeu, ils se débloquent par exemple en se regardant dans le miroir ou en choisissant la bonne chose à dire. Précisons que ces points servent de monnaie d'échange pour les indices. D'ailleurs, la personnalité de la création d'Agatha Christie est clairement mise en avant dans ce jeu : les habitués des livres et / ou de la série retrouveront donc avec plaisir les petites piques qu'il peut parfois lâcher ou encore sa manière de se tenir lorsqu'il est debout. D'ailleurs, le visuel de ce Agatha Christie's : ABC Murders se montre assez charmant, avec son côté cel shading faisant forcément penser à une bande-dessinée et ses environnements variés permettant de ne pas revisiter toujours le même endroit. Par contre, chaque changement de lieu (ou même chaque lancement d'une cinématique) entraîne un temps de chargement lourdingue.

Agatha Christie's : ABC Murders

Manque d'en train

En revanche, l'animation n'est clairement pas à la hauteur. La synchronisation labiale est à revoir (la plupart du temps les lèvres ne bougent d'ailleurs même pas), les personnages sont rigides et Poirot se déplace avec lenteur. Une lenteur qui se ressent d'ailleurs de manière générale dans ce titre, qui manque cruellement de grands moments. L'enquête, bien qu'intéressante à suivre, est plate du début à la fin et les PNJ travaillés n'y changent pas grand-chose. Ce n'est certes pas catastrophique, d'autant plus que le jeu se montre très court (entre cinq et huit heures environ en fonction des skills de chacun), mais un peu plus d'entrain aurait été bienvenu. Tout en restant dans le plus pur style Hercule Poirot, bien entendu. Il serait par exemple bien mal venu d'intégrer une phase de course-poursuite avec un suspect. Enfin, l'aspect sonore souffle aussi le chaud et le froid : si l'on apprécie les musiques discrètes so 30's, le doublage français laisse un peu plus à désirer, certains acteurs ne semblant pas franchement impliqués à 100%. En revanche, le doublage anglais est un régal, avec les accents british et, surtout, la prononciation d'Hercule Poirot, dont l'accent belge n'est pas sans rappeler celui des français lorsqu'ils parlent dans la langue de Shakespeare...

Article rédigé par Shauni Chan , le

Pour une première incursion sur les consoles new-gen, Hercule Poirot s'en sort plutôt bien. S'il ne parvient pas (encore ?) à la grandeur d'un Sherlock Holmes développé par Frogwares, ce Agatha Christie's : ABC Murders propose une enquête intéressante à suivre, des personnages travaillés – surtout Poirot, quelques phases sympathiques comme le fait de deviner la chronologie d'un meurtre, et son côté cel shading est vraiment mignon. En revanche, il souffre de quelques défauts majeurs l'empêchant de se placer en indispensable, comme une difficulté ridiculement basse, une réalisation pas toujours au top (temps de chargement, lenteur d'Hercule...) ou encore un rythme haché et souvent plat. Un petit point'n'click sympa à faire, mais certainement pas au prix fort.

Points positifs

  • Hercule Poirot dans toute sa splendeur
  • Côté cel shading réussi
  • L'enquête et les personnages travaillés
  • Quelques passages intéressants

Points négatifs

  • Quasiment zéro challenge
  • Réalisation en dents de scie
  • Pas franchement de rythme
  • Durée de vie assez faible (entre 5 et 8 heures)

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

27 ans | Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires