Preview : FIFA 18

FIFA 18 - Xbox One

Genre : Briseur d'amitiés

Date de sortie : 29 septembre 2017

Genre
Briseur d'amitiés
Date de sortie
29 septembre 2017 - France
29 septembre 2017 - USA
Développé par
EA Sports
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Parfois appelé
FIFA
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Fort d’un FIFA 17 à l’Alex Hunter saillant et des chiffres de ventes toujours stratosphériques, EA entend bien redistribuer des gifles avec FIFA 18, extension du changement amorcé avec l’édition précédente. Gazonné de bonnes intentions, nous avons pu poser nos mains sur ce nouveau cru footballistique qui toutefois n’a pas encore montré tout ce qu’il avait sous le short. Premier contact.

An 2 après Frostbite

Souvenez-vous, c’était l’année dernière : Electronic Arts dégainait toute sa poudre de perlimpinpin et annonçait un football virtuel au sommet de son art. Un moteur Frostbite salvateur. Mourinho qui sonne la révolution dans une première bande-annonce. Et puis. Et puis la même chose en fait. Les mêmes soucis d’animation et de gameplay pour des visuels plus fins, c’est dur à encaisser. Si l’ogre FIFA possède nombre de qualités (et défauts dont un style de jeu qui vire souvent vers l’unidimensionnel), le changement se révèle frustrant quand le résultat n’est que trop familier. Mais il est temps de laisser tout ça au vestiaire. FIFA 18 entame sa seconde année sous l’ère Frostbite et met fin à la période de transition.

FIFA 18 - Cristiano Ronaldo
CR7 nouvel ambassadeur

C’est sur quatre axes que FIFA 18 s’est ouvert à nous : la réactivité des sportifs polygonés, des mouvements plus athlétiques, une expérience plus fluide et la volonté de rendre chaque footballeur unique. Des améliorations par petites touches, mais pas inintéressantes. EA a donc revu ses transitions d’animations notamment en ce qui concerne les foulées, pas chassés et changements de direction des joueurs, auparavant un peu trop brut de décoffrage. C’est mieux, mais c’est surtout cosmétique. Ce qu’on apprécie vraiment c’est qu’il y ait moins d’hésitation dans l’approche d’un ballon avec rebond. Le joueur se positionne comme il faut d’entrée pour exécuter la commande désirée, au lieu de tourner autour pour finalement nous gratifier d’un beau loupé. Une correction qui fait du bien.

Nouvelle vedette de la jaquette mais pas seulement, Cristiano Ronaldo s’est laissé prendre au jeu de la motion capture pour améliorer sa base d’animations personnelles. Plus vrai que nature dans son comportement sur le terrain, CR7 accélérera et décélérera comme il l’a toujours fait mais peut désormais se targuer d’avoir une vraie personnalité. Un point cher aux développeurs pour ce FIFA 18 puisqu’ils désirent rendre chaque sportif différentiable. Les équipes ont donc planché sur l’élaboration de plusieurs archétypes physiques (petit, grand, maigre, costaud, etc.) aux particularités propres. Les foulées d’un Verratti seront plus courtes et plus rapides que celles d’un Mandzukic, par exemple. Raheem Sterling et son attitude dans la course si particulière est aussi retranscrite dans cette nouvelle itération. Ronaldo, comparé à Benzema sur un sprint, se démarque également. De quoi ajouter un degré d’authenticité supplémentaire, même si à l’heure actuelle tout n’était pas encore flagrant lors de matchs complets.

La force tranquille

 
Avec un rythme plus lent et posé qu’à l’habitude (c’est très souvent le cas avec les premières versions du jeu), ce FIFA 18 n’a pour le moment que quelques petites touches ici et là à proposer. On aime le surplus de pieds qui traînent en défense pour une récupération de balle accrue, utile face à des dribbles qui répondent au quart de tour. L’IA des coéquipiers se peaufine et, en plus de proposer de meilleurs appels dans l’espace, elle garde sans cesse un joueur en position de soutien pour mieux ancrer le jeu. La promesse est de faire fonctionner un véritable bloc équipe plutôt qu’une somme d’individualités, mais c’est un point que l’on pourra réellement juger sur la durée. En attendant, le jeu était moins dense au milieu mais les brèches à profondeur plus nombreuses.

Toujours dans le rayon améliorations, Electronic Arts vise les volées, pour l’art des chouquettes envoyées en pleine lulu’. Un point à suivre alors que les enroulés ont toujours l’air aussi dévastateurs et que les frappes lointaines semblent encore être accessibles à n’importe qui pourvu qu’il soit aux 30 mètres. Les trajectoires des centres sont aussi sujettes à modification pour un effet plus courbé et il est désormais possible d’opérer des changements éclairs. A chaque sortie de balle, il suffit d’appuyer sur R2/LT pour effectuer un remplacement qui se base sur une suggestion automatique du jeu.

FIFA 18

Davantage raffiné visuellement (le moteur Frostbite est bien mieux exploité cette année), ce FIFA 18 veut régionaliser ses rencontres. Un match en Amérique du Sud sera immédiatement reconnaissable de par son atmosphère et éléments visibles (drapeaux, confettis sur le terrain, etc.) alors qu’un match au Parc des Princes sera radicalement différent dans son ambiance. Toujours pour contribuer à la fidélité visuelle, le public lui aussi se voit changer, avec l'implémentation d'individualités dans son comportement. Il est même possible de venir célébrer un but avec les supporters dans des enceintes type Stamford Bridge !

 
Pour conclure, le retour de l’Aventure s’annonce sous de bonnes auspices et devrait ravir de nombreux fans d'Alex Hunter. Avec plus de 13 millions de joueurs lors de la première saison, EA nous promet plus de contenu ainsi que des lieux inédits à visiter (l'Amérique du Sud et Los Angeles semblent être de la partie !), la possibilité de customiser Hunter (du style vestimentaire au capillaire, sans oublier les tatouages), la présence de nouvelles vedettes (dont très certainement Cristiano Ronaldo) et surtout un multijoueur local, qui permet de progresser aux côtés d’un ami. Et si après tout l'avenir de FIFA résidait dans sa fibre scénaristique ?

Article rédigé par JohnM , le

Premier toucher de balle sympathique avec FIFA 18, même si on espère qu’EA a encore quelques surprises dans les cartons en dehors du retour d’Alex Hunter. Encore plus beau que la saison passée et avec plusieurs points de colle là où c’était nécessaire (malgré certains défauts qui subsistent) et une édition Icônes pour toutes les plateformes avec Ronaldo Nazario (!), nul doute que le succès sera au rendez-vous. Dans tous les cas, comptez sur nous pour suivre l’évolution du jeu aimé de tous.

A propos de l'auteur

JohnM

JohnM

27 ans | Expert de la technique ancestrale du L1 + Triangle

Définition même du saltimbanque tombé dans la marmite quand il était petit, le John sauvage est un geek en puissance. Bercé par la culture japonaise dans sa plus tendre enfance, il gardera à jamais cette sensibilité pour les animés en tous genres, JRPG ou encore l’esthétique manga et toutes les sauces qu’elle comprend. Plus tard, il sera ensorcelé par les sonorités californiennes d'un docteur non pratiquant avant de se promettre d’au moins mettre une fois les pieds à l’E3. Il était loin de se douter qu’il s’en enfilerait quatre d’affilés en plus d’un passage au magazine officiel Xbox. Mission accomplie. Maintenant, il file un coup de main aux petits gars (et filles !) de GameHope dans l’espoir d’en tirer gloire et profit. Inutile de préciser que c’est mal barré.

Contacter

Commentaires