Casque VR Oculus Quest 2

Casque VR Oculus Quest 2
Partager
Qui n’a jamais rêvé d’accéder à la réalité virtuelle, de bonne qualité, sans trop d’effort physique ou financier ? Sachez que l’Oculus Quest 2 vient probablement de nous ouvrir cette porte.
Arrivant en fin de cette année pourrie qu’est 2020, l’Oculus Quest 2 est une aubaine pour les gens désirant s’évader et explorer d’autres environnements à l’aide de la réalité virtuelle. En effet, qu’il s’agisse de se mouvoir dans un bout du Sahara, d’affronter des Siths ou de discuter dans un salon virtuel avec des amis, tout est permis avec ce périphérique. La liberté est d’autant plus frappante qu’aucun câble n’est là pour gêner vos mouvements, et c’est l'une des grandes forces de ce casque dit « autonome ».


S’inspirant grandement de son prédécesseur, l’Oculus Quest 2 est toutefois une version améliorée en (quasi) tous points par rapport à l’Oculus Quest : design plus intuitif, plus élégant, performances accrues et résolution d’affichage améliorée, tout est fait pour vous offrir une expérience VR immersive et confortable. Car pour avoir testé la réalité virtuelle sur plusieurs modèles de casques, on comprend après coup l’importance d’être le moins entravé possible et de ne pas avoir un périphérique trop lourd scotché au visage.

Oculus Quest 2

Disponible depuis le mois d’octobre aux prix de 350 euros (64 Go) et 450 euros (256 Go), l’Oculus Quest 2 est un appareil élégant et surtout technologiquement très abouti. Il abandonne la robe noire de son prédécesseur pour passer au tout blanc, dans un design minimaliste avec quatre capteurs situés sur le casque. La disposition des boutons sur le périphérique est également réfléchie pour ne pas les voir à l’œil, mais simplement les sentir sous les doigts : le bouton d’alimentation se situe sur le côté droit du casque tandis que le bouton gérant le volume se trouve un peu en dessous. De l’autre côté, sur la gauche, on y trouve un port USB-C ainsi qu’une prise jack afin de gérer la recharge du casque ainsi que le branchement d’un éventuel périphérique audio (nous y reviendrons). Dans le casque, l’espacement entre les lentilles peut être géré par le simple fait de les rapprocher en les pinçant ou en les écartant manuellement, enlevant ainsi le besoin d’un bouton levier qu’on trouvait sur l’Oculus Quest.

Oculus Quest 2

Offrant des dimensions de casque « petit modèle », l’Oculus Quest 2 pèse 503 grammes, plus léger qu’un PSVR, ce qui offre un confort non-négligeable lors des sessions de jeu un peu plus étendues. Fort heureusement, la généreuse quantité de mousse de rembourrage surmontant les lentilles permet de rapidement oublier qu’on a un casque vissé sur la tête, seulement une fois que le bon réglage est trouvé à l’aide des bandes élastiques réglables qui auraient néanmoins mérité d’être un poil plus ergonomiques. D’ailleurs, la boutique Oculus propose des fixations plus performantes, à condition d’y mettre le prix. Je préfère préciser que le réglage des sangles du casque est un point très important afin d’éviter les maux de têtes et à la nuque qui peuvent survenir si ce n’est pas bien fait. Pour compléter, le casque est également fourni avec un adaptateur pour les personnes jouant avec des lunettes, c’est bien pensé, c’est étonnamment confortable et pas gênant pour un sou.
28 décembre 2020 à 12h09

Par Lorris

Gribouillé par...

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Jean-Claude Van Damme au corps, Jean-Claude Dusse dans la tête. C'est parfois l'inverse.

Twitter : @Yolorris

Revenir en haut