[E3 2010] Zelda Wii s'appellera

[E3 2010] Zelda Wii s'appellera

Dans Evénement , par SiMouth le 15 juin 2010 à 18h44

La conférence de Nintendo s'est ouverte sur une démonstration de ce qui était déjà un événement lors de l'édition 2009 de l'E3 : le prochain jeu de la licence The Legend of Zelda. Son nom, tout d'abord, a été révélé : Skyward Sword. On sait maintenant comment l'appeler. C'est Shigeru Miyamoto, en personne qui s'est chargé de montrer au monde entier comment jouer. Ou plutôt, qui a essayé. L'homme a en effet eu assez de mal à se faire obéir de sa wiimote quand il la secouait. Oublions pour l'instant ce détail assez gênant pour se concentrer sur les révélations importantes. Le contrôle : Miyamoto réalise ici un vieux rêve. Il nous permet de brandir notre épée dans une main (la wiimote accompagnée du Wii Motion Plus), et le bouclier dans l'autre, qu'on utilise grâce au nunchuk. Secouez-le pour donner un coup de bouclier. Le système à deux mains, avec une épée suivant vraiment les mouvements du poignet, est relativement simple mais potentiellement immersif. Parmi les nouveautés, on a pu voir un nouveau pouvoir consistant à contrôler un scarabée volant, lequel pouvait par exemple déplacer des bombes et les lâcher sur les ennemis depuis le ciel. Une autre arme rappelle le fouet-serpent du dernier épisode de DS. On retrouve également le classique lance-pierre, avec lequel Miyamoto a eu bien du mal à s'en sortir, qui reprend un système simple de visée par pointage. On a également aperçu quelques ennemis, comme les plantes carnivores légèrement modifiées : il faut les frapper horizontalement ou verticalement, selon le sens où elles ouvrent leur bouche. De manière générale, il faudra choisir selon quel axe le coup d'épée doit être donné, puisqu'on retrouve cette même logique dans un combat contre des moblins (avec une apparence assez drôle) qui parent les coups selon ces axes, comme on a pu le voir dans Red Steel 2. Pour ce qui est de la sortie de ce jeu, l'un des plus attendus : la seule information donnée est "l'année prochaine". Encore un peu de patience, donc.

Commentaires