Test : Total War : Shogun 2 Gold Edition

Total War : Shogun 2 Gold Edition - PC

Genre : Stratégie nippone ni mauvaise

Date de sortie : 08 mars 2013

Genre
Stratégie nippone ni mauvaise
Date de sortie
08 mars 2013 - France
Développé par
The Creative Assembly
Edité par
Sega
Disponible sur
PC
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 16 ans

Après deux belles années de combats, négociations, mariages et autres alliances sur un sol nippon très disputé, SEGA et The Creative Assembly nous propose l’édition Gold de Total War : Shogun 2, compilation rassemblant le jeu principal ainsi que les deux principaux DLC L’Essor des Samouraïs et La Fin des Samouraïs. Plus chronophage qu’un job dans une mine de sel mauritanienne, on essaye de tout vous dire dans le pavé qui suit.

Test effectué à partir d'une version PC

Outre le jeu principal, dont vous pourrez lire le test ici, les grandes attractions de cette édition Gold restent les DLC L’Essor des Samouraïs ainsi que La Fin des Samouraïs. Alors que le premier nécessite le jeu de base pour fonctionner, La Fin des Samouraïs, lui, est un stand-alone. Dans L’Essor des Samouraïs, vous vous retrouverez en 1175, 400 avant le Sengoku-jidai, lorsque les premiers Samouraïs ont fait leur apparition. En ce temps, trois grande familles se disputent le contrôle de l’archipel nippon : les Tairas, les Minamoto ainsi que les Fujiwara. Ce DLC, bien que beaucoup plus léger que le stand-alone qui suivra, comporte des ajouts notables permettant de redonner un coup de fouet aux fans qui commencer à voir le bout du jeu principal. Ainsi, L’Essort des Samouraïs comporte une nouvelle campagne solo et multi, six nouveaux clans prêts à se mettre sur la gueule, plus d’une trentaine de nouvelles unités (dont 10 uniquement destinés aux combats navals). En plus de ça, le gameplay se densifie davantage en accueillant quatre nouvelles unités « héros » comme les Moines combattants Testsubo ou encore les cavaliers Samouraïs archers. Quatre nouveaux agents font aussi leur apparition, les destructrices et séductrices du côté Shirabyoshi et les persuasifs et corrupteurs côté Junsatsushi. Du coup, les mécaniques de jeu restent plus ou moins les mêmes, mais l’ajout de contenu permet de s’amuser quelques heures supplémentaires tout en profitant de la même réalisation et de l’impeccable technique déployée par les équipes de chez The Creative Assembly.

Samouraïs, par amour du goût

A l’inverse de L’Essor des Samouraïs, l’autre DLC, La Fin des Samouraïs, se déroule 400 ans après les évènements se déroulant dans Shogun 2. Beaucoup plus long et complet, ce pack de contenu additionnel est un stand-alone, permettant d’y être joué sans avoir acheté le jeu de base au préalable.
Concernant le background, l’histoire prend place durant la guerre de Boshin, alors que l’Empereur du Japon désire renverser le shogunat en place. Le clan Tokugawa, qui détient le poste de Shogun, entretient des relations commerciales avec l’Occident, de peur que ces derniers (très fort militairement parlant) ne viennent casser les pieds dans la péninsule. L’empereur du Japon, irrité par les rapports entretenus entre les Tokugawa et les peuples de l’Ouest va inciter ses daimyos entrer en conflit et intervenir dans ses échanges afin de conserver une certaine indépendance. Du coup, on se retrouve avec trois clans jouables plutôt proches du Shogun et trois autres plutôt en faveur de l’Empereur, le but étant d’imposer la faction pour laquelle on va se battre. Ah oui, évidemment, il est possible de changer de camp en plein milieu de la partie : il n’y a pas de guerre sans coup de puputte.

Plus on est d’fous, moins y’a d’riz

Afin d’amener d’autres clans à rejoindre votre cause, une nouvelle unité viendra souffler des gentils mots aux oreilles de vos adversaires : le Ishin Shishi côté Empereur et le Shinsengumi côté Shogun. Ils permettent de faire la « propagande » de votre clan, histoire d’intimider ceux qui essayent de vous défier. De plus, la Geisha, tout comme le Ninja, a vu ses compétences revues et pourra distraire les garnisons ennemies tout comme séduire le Vétéran Étranger, nouvelle unité chez les agents, qui peut constamment infliger des dommages aux les armées adverses. Ainsi, La Fin des Samouraïs met vraiment l’accent sur les possibilités offertes par cette connexion entre le Japon et les puissances occidentales. Ainsi, en entretenant de bonnes relations avec ces derniers, il est possible d’utiliser leur équipement militaire très puissant ou encore d’augmenter la vitesse de recrutement des armées.
L’avancée technologique permet donc à nos amis japonais de mettre en retrait le maniement du sabre afin d’opter pour un style un peu plus « cow-boy » m’voyez. En gros, l’utilisation de canons, mousquets et autres sataneries métalliques se révèle être super efficace, voire indispensable lors de certaines batailles. Mais n’allez pas croire que la voie du Bushido s’est éteinte pour nos vieux guerriers nippons. Il n’y a rien de plus dévastateurs qu’un escadron de samouraïs prenant tout un groupe d’artilleurs sur le flanc ou lâchant une volée de flèches bien placées. Certes, les approches doivent être beaucoup plus prudentes (surtout lors des charges à distances), mais elles ne manqueront pas d’être dévastatrices lorsque bien élaborées. Pour s’éclater sur le champ de bataille, ce sont donc plus de 40 unités terrestres qui ont été ajoutées, en plus de 10 bateaux. En utilisant toujours le principe du « pierre, papier, ciseaux », chaque unités possède sa force et sa faiblesse : à vous d’utiliser le bon contre aux unités qui vous font face. MAIS, oui, il y a un MAIS, le développement et l’utilisation des technologiques de l’Ouest à un prix. Le peuple japonais, très conservateur, ne voie pas d’un bon œil la dépendance de leur belle péninsule à ces artifices démoniaques. Ainsi, en développant l’arbre de recherche, les chances de révoltes du peuple augmente puisque vous consacrez davantage d’énergie au développement de la technologie étrangère plutôt qu’au bien être de votre plèbe. Néanmoins, vous pouvez les apaisez en construisant des bâtiments dédiés au culte du Japon et de sa toute puissance. C’est avec ce genre de mécanismes que l’on considère tout le perfectionnisme des développeurs de chez The Creative Assembly, décidés à faire de Shogun 2 un des cadors du genre.

Aux sombres héros de l’amer

A l’image des progrès fait dans le développement de l’armement, la période concernée par La Fin des Samouraïs nous apporte des bateaux à vapeur ainsi que le chemin de fer. Alors que les combats navals restaient mous et peu intéressants dans Shogun 2, ici, on prend un vrai plaisir à manier et faire pleuvoir l’enfer à l’aide de ces toutes nouvelles machines. Bien plus maniables et dynamiques, ces engins de métal peuvent même offrir des tirs de couverture à vos forces armées sur terre. C’est un vrai bonheur de déloger des ennemis à coups de canon venant des flots alors que vos samouraïs montés chargent les survivants tels de furieux poneys. Sinon, le train est également très pratique, mais faut avouer que voir vos samouraïs se faire transporter d’un bout à l’autre du pays dans un chou-chou, ça fait un peu chelou : un anachronisme dérangeant qui…n’en est pas vraiment un.
D’autres changements ont également vu le jour dans ce stand-alone : vu la réduction de la période de temps sur laquelle se base l’action, le nombre de tours par saison est maintenant de 6 au lieu de 1. Du coup, les effets néfastes de l’hiver se feront davantage sentir, surtout si vous vous baladez dans la pampa avec vos guerriers sans abri proche. Car oui, l’hiver pétait déjà bien les roustons à l’époque : la famine, les armées ralenties, les révolutions… tout un tas de réjouissances qui vous attendent si cette période de l’année n’est pas préparée un minimum. Après, si le printemps est loin et que vous vous trouvez dans la panade, vous pourrez toujours tenter de faire des accords commerciaux avec vos voisins. Beaucoup plus sensibles et à l’écoute de vos propositions, ces derniers se font très difficilement duper et accepterons uniquement les offres qui leur seront le plus profitables. Inutile de croire qu’ils vous aideront par pur charité : c’est la guerre et tout peux devenir fructueux, même votre bon dos décharné.Enfin, en ce qui concerne l’aspect esthétique, le kimono du titre est plus resplendissant que jamais. Avec un moteur graphique qui n’a pas pris une ride, des musiques traditionnelles gagaku enchanteresses qui décuplent l’immersion, des détails sur la carte et dans la modélisation, en passant par les écrans de chargements : tout y est pour nous faire passer un moment monstrueusement grisant dans le Japon d’autrefois. Si votre PC est assez puissant pour encaisser les batailles mêlant des centaines d’unités livrant chacune leur propre bujutsu, vous ne serez pas loin de la crise de nerf lorsque tout ce beau monde se foutra sur la gueule, en même temps, sans ralentissement. Ah oui, on ne vous parle pas de la durée de vie du bidule étant donné que vos arrières-arrière-arrières petits enfants seront encore dessus le temps de boucler le tout. En gros oui, c’est long.

Article rédigé par Lorris , le

ALORS LA, ALORS LA, je suis tout excité. Pourquoi ? Ben parce que la version Gold de Total War : Shogun 2, c’est un peu un aller-retour en DeLorean DMC-12 bourré au saké avec plein de belles choses à découvrir dans un japon d’antan retranscrit à merveille. The Creative Assembly s’est encore surpassé pour nous offrir un titre qui frôle la perfection, des graphismes en passant par les mécanismes de gameplay, que de l’immersion. Avec un contenu tout simplement monstrueux, des centaines (si ce n’est milliers) d’heures de jeux t’attendent. Si tu aimes la stratégie et que tu ne possèdes pas encore ce jeu, tu mérites le fouet sous les cerisiers en fleurs. Mais après, tu possèderas, pour une quarantaine d’euros, une des meilleures compil' de jeux de stratégie sur le marché.

Points positifs

  • Un pack regroupant tout Shogun 2, what else ?
  • Durée de vie monstrueuse
  • Ambiance garantie
  • Moteur graphique surpuissant et intact
  • Musiques immersives
  • Le contenu et les nouveautés de La Fin des Samouraïs
  • Amélioration des batailles navales
  • Des artificiers contre des samouraïs
  • Gestion de la diplomatie améliorée
  • Pour 40 euros, tu attends quoi ?

Points négatifs

  • Petit PC s'abstenir

A propos de l'auteur

Lorris

Lorris

29 ans | Fin limier du mot

Nonobstant les ouï-dires et les non-dits de ceux qui pensent que non et de ceux qui estiment que oui, Lorris demeure un génie incompris. Utilisant constamment un langage profane qui sied à sa caste de jeune kikoo-gamer-du-web, ce candide éphèbe qui newse, teste, et previewte n'est finalement qu'un esprit brillant parmi les autres cucurbitacées qu'il tient pour collègues. Sinon, Lorris est une âme modeste, offrant son corps pour partager avec délectation et frivolité sa passion qui l'anime dans le manoeuvrage du joystick et non pas du droit de cuissage comme certains butors le feraient entendre.

Contacter

Commentaires